Probable lien entre les infections neuroimmunologiques Toxoplasma et le cytomégalovirus et des changements de personnalité chez l’hôte humain

samedi 26 janvier 2013

Probable lien entre les infections neuroimmunologiques Toxoplasma et le cytomégalovirus et des changements de personnalité chez l’hôte humain
Martina Novotná1, Jitka Hanusova1, Jiří Klose2, Marek Preiss3, Jan Havlicek4, Kateřina Roubalová5 et Jaroslav Flegr1 *
* Auteur correspondant : Jaroslav Flegr flegr@cesnet.cz
Affiliations des auteurs
1 Département de Parasitologie, Université Charles, Viničná 7, Prague 128 44, République tchèque
2 Centre Unité médico-psychologique, hôpital central militaire, U vojenské nemocnice 1200, Prague 169 02, République tchèque
3 Prague Clinique psychiatrique, Ústavní 91, Prague, 180 00, République tchèque
4 Département d’anthropologie, Faculté des Lettres de l’Université Charles, Husnikova 2075, 158 00 Prague 13, République tchèque
5 Laboratoire National de Référence des virus herpétiques, l’Institut national de la santé publique, Srobarova 48, 100 42 Prague, République tchèque
Pour tous les e-mails d’auteur, s’il vous plaît connectez-vous.
BMC Infectious Diseases 2005, 5:54 doi : 10.1186/1471-2334-5-54

La version électronique de cet article est l’une complète et peut être consulté en ligne à l’adresse : http://www.biomedcentral.com/1471-2334/5/54

Reçu le : 19 Novembre 2004
Accepté : 6 Juillet 2005
Publié : 6 Juillet 2005

© 2005 Novotná et al ; licence BioMed Central Ltd
Ceci est un article d’accès ouvert distribué sous les termes de la licence Creative Commons Attribution License (http://creativecommons.org/licenses/by/2.0), ce qui permet une utilisation sans restriction, la distribution et la reproduction sur tout support, à condition que l’œuvre originale est correctement cité.
Abstrait
Fond
Récemment, une association négative entre Toxoplasma-infection et la recherche de nouveauté n’a été signalé. Les auteurs ont suggéré que les changements de trait de personnalité ont été causés par l’activité de manipulation du parasite, visant à accroître la probabilité de transmission du parasite à partir d’un intermédiaire à un hôte définitif. Ils ont également suggéré que la nouveauté faible chercher indiqué une augmentation du niveau de la dopamine, un neurotransmetteur dans le cerveau des sujets infectés, un phénomène déjà observé chez les rongeurs infectés expérimentalement. Cependant, les changements dans la personnalité peut aussi être simplement un sous-produit de toute infection neurotrope. Par ailleurs, l’association entre un trait de personnalité et de la toxoplasmose peut même être causé par une corrélation indépendante à la fois de la probabilité de l’infection Toxoplasma et le trait de personnalité le troisième facteur, à savoir la taille du lieu de vie du sujet. Pour tester ces deux hypothèses alternatives, nous avons étudié l’influence d’un autre pathogène neurotrope, le cytomégalovirus, la personnalité des sujets infectés, et analysé de nouveau les données d’origine après l’effet de la facteur de confusion potentiel, la taille du lieu de vie, a été contrôlé.

Méthodes
Dans l’étude cas-témoins, 533 conscrits ont été testés pour la toxoplasmose et la présence d’anticorps anti-cytomégalovirus anticorps et leur recherche de la nouveauté a été examinée par le questionnaire de Cloninger TCI. Association possible entre les deux infections et les dimensions de TCI a été analysée.

Résultats
La diminution de la recherche de la nouveauté est également associée à l’infection à cytomégalovirus. Après la taille du lieu de vie a été contrôlé, l’effet de la toxoplasmose sur recherche de la nouveauté augmenté. Différence significative dans la recherche de la nouveauté n’a été observée que dans la plus grande ville de Prague.

Conclusion
Toxoplasma et le cytomégalovirus probablement induire une diminution de la recherche de la nouveauté. Comme le cytomégalovirus se propage dans la population par contact direct (et non par la prédation comme la toxoplasmose), les changements observés sont le sous-produit d’infections cérébrales plutôt que le résultat de l’activité de la manipulation d’un parasite. Quatre lignes indépendantes de preuve indirecte, à savoir la mesure directe de la concentration des neurotransmetteurs chez la souris, la nature des changements de comportement chez les rongeurs, la nature des changements de personnalité chez l’homme, et l’association observée entre la schizophrénie et la toxoplasmose, suggèrent que les changements de concentration de dopamine dans le cerveau pourrait jouer un rôle dans les changements de comportement de l’hôte infecté.

Fond
Le parasite protozoaire Toxoplasma gondii spécifiquement influence le comportement des hôtes intermédiaires. Les souris infectées ont altéré les performances du moteur [1], des déficits dans la capacité d’apprentissage et la mémoire [2], les niveaux d’activité plus élevés à la fois dans le roman et des environnements familiers [3-7], moins en mesure de discriminer entre un environnement familier et nouveau [3,4,8 ], et des temps de réaction plus longs [9]. Rats infectés ont des niveaux d’activité plus élevés [10], inférieure néophobie [11], a réduit la capacité d’apprentissage [2] et une réduction de l’évitement des prédateurs spécifiques [12]. Les humains atteints de toxoplasmose latente se sont considérablement détériorées performances psychomotrices (temps de réaction prolongés simples) en comparaison avec Toxoplasma les sujets séronégatifs [13] et sont plus à risque d’accidents de la circulation [14]. Sujets atteints de toxoplasmose latente sont connus pour montrer les changements spécifiques dans certaines dimensions de la personnalité, telle que mesurée par le questionnaire 16PF [15-17] et à TCI de Cloninger (Temperament and Character Inventory) [18]. Récemment, Flegr et al. [18] Les changements utilisés dans la nouveauté dimension TCI recherche pour le suivi des changements possibles dans l’activité dopaminergique dans le cerveau des sujets infectés. Augmentation des niveaux de dopamine chez les sujets infectés était attendue basée sur la mesure directe des concentrations de neurotransmetteurs chez l’animal [19] et la corrélation positive entre la schizophrénie déclarée et la toxoplasmose [20-25] ou facteurs de risque [26-28]. Articles des mêmes auteurs s’attendent à ce que le niveau de fond de la dopamine dans les noyaux gris centraux est corrélée négativement avec la nouveauté dimension de la personnalité la recherche, telle que mesurée par le questionnaire de Cloninger TCI [29-33]. Par conséquent, les auteurs de l’étude précédente interprété inférieure recherche de la nouveauté dans le sous-ensemble de sujets infectés par le toxoplasme comme un indicateur indirect de l’augmentation des niveaux de dopamine dans le tissu cérébral. Une mise en garde importante de l’étude publiée a été un échec pour ajuster la taille du lieu de résidence. Le risque d’infection par Toxoplasma dans la République tchèque est connu de mettre en corrélation négative avec la taille du lieu de résidence [34]. Depuis plusieurs facteurs de personnalité pourraient également en corrélation avec cette variable, il est difficile de dire dans quelle mesure la corrélation négative entre recherche de la nouveauté et de la toxoplasmose latente peut être biaisée par la corrélation entre la recherche de la nouveauté et de la taille du lieu de résidence et entre la taille du lieu de résidence et le risque d’infection par Toxoplasma. Dans cette optique, il serait pertinent de tester l’effet d’un autre pathogène neurotrope avec un cycle de vie différent et de la voie de transmission de la personnalité chez les humains infectés. Cytomégalovirus humain semble être un modèle approprié pour l’étude de la population tchèque.

Tant le cytomégalovirus humain (CMV) et protozoaire Toxoplasma gondii sont extrêmement communs agents pathogènes humains. Selon les normes d’hygiène et les habitudes, les paramètres socio-économiques et la structure démographique de la population, les taux de prévalence du CMV et Toxoplasma dans les différents pays varient entre 40-100% et 20-70%, respectivement. CMV est transmis par contact étroit entre les sujets infectés, par les produits sanguins ou du sang, les rapports sexuels, ou parentérale. D’autre part, Toxoplasma est transmise soit par la consommation de viande crue ou insuffisamment cuite avec pseudokystes tissus ou par ingestion d’aliments ou d’eau contaminés par des excréments de chats contenant des oocystes du parasite. L’infection de la femme enceinte à CMV ou Toxoplasma, en particulier dans le premier trimestre de la grossesse, entraîne souvent de graves dommages au système nerveux du fœtus ou de l’avortement [35,36]. Infections acquises après la naissance chez les sujets immunocompétents sont probablement long de la vie, mais généralement inoffensive et asymptomatique. Toutefois, le CMV ou latente infections Toxoplasma peuvent être activés chez les patients immunodéprimés, par exemple, personnes atteintes du SIDA, greffés ou immunodéprimés [37-39]. Ici, l’activation peut conduire à la diffusion de virus ou de Toxoplasma dans divers tissus, y compris ceux du système nerveux [40], avec une issue fatale possible due à l’encéphalite virale ou toxoplasmique. Chez les patients atteints de toxoplasmose encéphalite les lésions sont principalement localisées dans l’hémisphère question, thalamus et noyaux gris centraux gris [41] tandis que chez les patients atteints d’encéphalite à CMV on les trouve principalement dans les zones périventriculaires, hémisphère matière grise, le cervelet et la moelle épinière [40].

L’objectif principal de cette étude était de vérifier si l’association négative entre l’infection et la recherche de nouveauté peut également être trouvé pour un autre pathogène très répandu neurotrophique, le cytomégalovirus humain, qui ne se transmet pas par la prédation directe, mais par l’hôte hôte contact. Un autre but de l’étude était de déterminer si l’effet psychologique de la toxoplasmose latente était évident après ajustement pour une variable confusionnelle importante, à savoir la taille du lieu de résidence. À ces fins, 533 conscrits précédemment testé pour la toxoplasmose latente et examiné avec Cloninger TCI questionnaire ont été testés pour les anticorps anti-CMV. Association possible entre les deux infections et les dimensions de TCI a été analysée.

Méthodes
Sujets
Tous les tests de personnalité a été réalisée à l’hôpital militaire central de Prague. Données ont été recueillies au cours de la personnalité des examens psychologiques des conscrits (hommes), les aspirants à deux spécialisations militaires, à savoir ceux des gardes militaires (gardes) et des gardes du château militaires de la garde présidentielle (). Tous les sujets ont été invités à participer volontairement au projet de recherche et de signer le formulaire de consentement éclairé, s’il est inscrit. Environ 80% des sujets consenti à l’utilisation de leurs résultats des tests psychologiques pour les fins du projet de recherche et a fourni 5 ml de sang pour le test sérologique. Les sujets de l’expérience ont été recrutés dans deux projets en Juillet 2000 et Janvier 2001. Seules les personnes âgées de 19 à 21 ont été inclus. Par cela, nous non seulement obtenu un âge plus homogène dispositif expérimental de 533 hommes, mais également exclus les valeurs aberrantes possibles, c’est à dire, ceux qui avaient évité le service militaire obligatoire régulière depuis plus de 3 ans et aussi les quatre sujets qui ont déclaré plus élevé (universitaire). Des informations fiables sur la taille du lieu de résidence était disponible pour 299 inscrits, répartis en trois catégories : ceux qui vivent dans les villages et les petites villes (<10 000 habitants), ceux qui vivent dans les grandes villes (10-100 mille habitants) et ceux qui vivent dans la capitale tchèque, Prague (1,2 million d’habitants). Les résultats de toutes les analyses étaient pratiquement les mêmes que si les sujets de l’étude ont été répartis en quatre catégories (<10 000, de 10 à 50.000, de 50 à 100000,> 100 mille). Des résultats similaires ont également été obtenus si la catégorisation a été faite sur la base de la taille de l’endroit où l’objet avait passé son enfance au lieu de celui de son lieu de résidence actuel. Le recrutement des sujets et le traitement des données est conforme aux règles en vigueur dans la législation tchèque.

Les tests de personnalité
Tests de personnalité a été réalisé avec une forme informatisée de la TCI (Temperament and Character Inventory) [42], tel que traduit par Kozeny et Tisanská [43], avec la traduction des deux questions en cours de modification et de validation en grandeur Cloninger étant substitué par échelle Lie Eysenck EP / R . Le questionnaire final [44] contient 238 articles TCI, dont 12 items de l’échelle de Lie. Les sujets ont reçu des instructions écrites à appuyer sur la touche OUI ou NON pour des éléments particuliers, selon que la phrase sur l’écran d’ordinateur ou qui n’ont pas caractérisé caractériser leur comportement habituel et le plus probable ou sentiments dans des situations données. Le questionnaire TCI reconnaît quatre dimensions de tempérament, à savoir l’évitement des méfaits (HA), la recherche de la nouveauté (NS), dépendance à la récompense (RD) et persistance (PE), et trois dimensions de caractère, c’est à dire auto-directedness (SD), Cooperativeness ( C) et l’auto-transcendance (ST).

Test d’intelligence a été réalisée avec le questionnaire Otis [45]. Le test Otis est un test d’intelligence verbale norme utilisée par l’armée tchèque. Il se compose de 32 questions axées sur la compréhension des relations données, la sensibilité linguistique et les compétences de vocabulaire. Elle nécessite la définition des concepts exprimés par les proches des caractéristiques descriptives, la sélection de concepts en fonction des caractéristiques communes des objets, le choix des antithèses, le rejet des concepts disparates et explication des proverbes.

Des tests immunologiques pour la toxoplasmose et le CMV
Tous les tests sérologiques ont été effectuées dans le laboratoire national de référence pour la toxoplasmose et le Laboratoire National de Référence des virus de l’herpès de l’Institut national de la santé publique, Prague. Spécifique anti Toxoplasma IgG et IgM concentrations d’anticorps ont été déterminés par ELISA (IgG : SEVAC, Prague, IgM : TestLine, Brno), optimisé pour la détection précoce de la toxoplasmose aiguë [46] test de fixation, et du complément (FC) (SEVAC, Prague), qui est plus sensible et par conséquent plus adapté à la détection des infections anciennes T. gondii [47]. CFT titres d’anticorps anti-Toxoplasma dans le sérum ont été mesurés à des dilutions de 1 : 8 à 1 : 1024. Les sujets avec des résultats négatifs d’IgM ELISA (indice de positivité <0,9) et les titres FT supérieures à 1 : 8 ont été considérés comme la toxoplasmose latente positive. AntiCMV anticorps IgG spécifiques ont été mesurés par ELISA quantitatif (ETI-CYTOK-G plus, DiaSorin). Concentration d’anticorps a été exprimée en unités arbitraires (UA). Les personnes ayant <40 ont été considérés UA séronégatifs pour le CMV.

L’analyse statistique
La Statistica ® v.6.0 a été utilisé pour tous les tests statistiques, par exemple pour des analyses log-linéaires, ANOVA, ANCOVA, Kendall non paramétrique de test, et la régression linéaire. Les résultats des tests d’hypothèses, à savoir l’analyse de covariance du test de normalité de la distribution des données, la normalité des résidus et l’homogénéité des variances, ne sont pas significatives pour tous les modèles étudiés.

Résultats
Cinq cent trente-trois conscrits ont été testés pour l’immunité spécifique contre le CMV et Toxoplasma. Les taux de prévalence des infections à CMV et Toxoplasma étaient de 50,5% et 25,0%, respectivement. Aucune association statistique n’a été trouvée entre les deux infections : infection à CMV a été détecté dans 48,9% de Toxoplasma infectés et 51,0% de Toxoplasma sans sujets. Analyse log-linéaire des facteurs catégoriques infection Toxoplasma, infection à CMV, le niveau de scolarité et la taille du lieu de résidence a révélé qu’une interaction significative, à savoir la corrélation négative entre l’infection par Toxoplasma et la taille du lieu de résidence. La différence entre les modèles avec et sans cette interaction était statistiquement significative (Chi2 = 7.89, df = 2, p = 0,019). Les résultats de deux ANOVA avec l’infection facteurs Toxoplasma et l’infection à CMV ont montré que tant l’infection à CMV (F1, 529 = 7.37, P = 0,007) et l’infection à Toxoplasma (F1, 529 = 6.32, P = 0,012) étaient associés à moindre nouveauté scores recherche (Fig. 1). Infection à Toxoplasma a également été associée à une augmentation d’auto-transcendance scores (14,9 vs 13,8, F1, 529 = 4,52, P = 0,034). Les résultats ont également montré un effet significatif de l’interaction entre les infections à CMV et Toxoplasma sur évitement du danger (F1, 529 = 5.10, P = 0,024) (Fig. 2). Ni l’effet de la toxoplasmose sur l’auto-transcendance ni l’effet de l’interaction entre les CMV et Toxoplasma sur évitement du danger était significative après correction de Bonferroni pour douze tests statistiques (P = 0,408 et P = 0,284, respectivement).

Figure 1. Recherche de la nouveauté chez les conscrits infectées par le cytomégalovirus et Toxoplasma gondii.
Figure 2. Nuire à éviter chez les conscrits infectées par le cytomégalovirus et Toxoplasma gondii.
Des études antérieures ont suggéré que les facteurs confondants plusieurs comme le niveau de l’éducation, de la taille du lieu de résidence, l’intelligence et la motivation des sujets expérimentaux pourrait biaiser les dimensions TCI. Par conséquent, nous avons répété les analyses de l’infection à CMV indépendant facteurs, toxoplasmose, la profession militaire (probablement le facteur corrélé à la motivation des sujets), la taille du lieu de résidence et de l’intelligence, telle que mesurée par le test OTIS (variable continue). Les résultats de ce test d’analyse de covariance sur l’association entre la recherche de la nouveauté et les infections à CMV étaient similaires à ceux obtenus avec le test ANOVA, mais les résultats de l’ANOVA ANCOVA et de l’infection à Toxoplasma différente. Sujets infectés par le CMV étaient plus faibles dans la recherche de la nouveauté (F1, 293 = 7,80, P = 0,006). Les différences dans la recherche de nouveauté et d’auto-transcendance entre les sujets infectés par Toxoplasma gondii et sans descendre en dessous du niveau formel de signification statistique (F1, 293 = 1,71, P = 0,19 pour la Nouvelle-Écosse et F1, 293 = 3,84, P = 0,051 pour ST ). Dans le même temps, l’analyse a montré effet hautement significatif de l’interaction toxoplasmose taille du lieu de résidence sur la recherche de la nouveauté (F2, 293 = 6.81, P = 0,001). Infection à Toxoplasma eu qu’un faible impact sur la recherche de la nouveauté dans la vie des sujets dans les établissements de moins de 10 000 habitants (F1, 146 = 0,77, P = 0,380), étant associé à la nouveauté non significativement plus élevé chez les résidents cherchent scores des villes avec 10 -100 000 habitants (F1, 79 = 2.21, P = 0,142), et la nouveauté bas scores à la recherche de personnes inscrites à Prague (F1, 66 = 16,46, p = 0,0002) (Fig. 3). De même, l’association entre l’infection à CMV et la recherche de nouveauté était absent pour les habitants des villages et des petites villes (F1, 146 = 0,59, P = 0,451), une infection à CMV est associée à une diminution recherche de la nouveauté scores pour les sujets vivant à la fois dans les villes avec 10-100 mille habitants et à Prague [(F1, 79 = 7,75, P = 0,007), (F1, 66 = 5,66, P = 0,021), respectivement] (Fig. 4). La force de l’effet de l’interaction entre les infections à CMV et Toxoplasma sur évitement du danger accru après ajustement pour les facteurs confondants (F2, 293 = 7.98, P = 0,005, p = 0,06 après correction de Bonferroni).

Figure 3. Effets de la toxoplasmose et de la taille du lieu de résidence sur la nouveauté dimension TCI recherche. Villages de <10 000 habitants, les villes de> 10.000 et

<100.000>

10.000 et <100.000 habitants, Prague (1.200.000 habitants).
Si l’infection induit un changement dans la dimension de la personnalité, la quantité de décalage de la personnalité doit en corrélation avec la concentration d’anticorps spécifiques. Un tel effet (significatif à des tests unilatéraux) a été observée à la fois pour le titre de FT anti-Toxoplasma (Kendal Tau = -0,14, p = 0,015) et la concentration des anticorps anti-CMV (F1, 229 = 3.1, P = 0,079).

Scores d’intelligence plus bas et le niveau d’éducation dans les sujets infectés par le toxoplasme comme indiqué précédemment n’ont pas été observées pour les deux infection à CMV ou la toxoplasmose dans la présente étude. En fait, l’intelligence légèrement inférieure à CMV a été enregistré sans que infectées par le CMV sujets (96,3 vs 97,8, F1, 293 = 1,452, P = 0,229). L’effet significatif de l’infection à Toxoplasma sur l’intelligence aussi disparu après ajustement pour les facteurs de confusion de la taille du lieu de résidence (F1, 293 = 0,003, P = 0,959).

Discussion
Nos résultats ont montré que les sujets infectés par le CMV avait des scores inférieurs à la nouveauté dimension de la personnalité en quête de sujets CMV-libres. Recherche de la nouveauté chez les sujets infectés négativement corrélés avec les niveaux de anticorps anti-CMV. Une corrélation négative a également été trouvé entre la recherche de la nouveauté et Toxoplasma-infection à Prague, tandis que dans les villages et les petites villes de la corrélation n’était pas significative. L’effet de ces deux infections, bien que très importante, a été plutôt faible, ce qui explique environ 2% de la variabilité totale de la recherche de la nouveauté dans notre dispositif expérimental. L’étude a également révélé plusieurs autres effets significatifs infections à CMV ou Toxoplasma et leur interaction sur des traits de personnalité. Bien que l’effet des infections sur recherche de la nouveauté était a priori prévu, d’autres effets ont été révélés par une analyse a posteriori. Par conséquent, les résultats concernant les autres effets doivent être corrigées pour de multiples tests statistiques. Après correction de Bonferroni pour les tests multiples, aucun effet révélé a posteriori est restée importante.

La partie inférieure nouveauté valeurs chercher dans les sujets Toxoplasma positifs suggèrent que les hommes infectés sont en moyenne plus réfléchie, tendent à exiger des informations plus détaillées lors de son opinion et ne sont pas facilement distrait. Ils sont aussi plus réservé, lente, contrôlée, ils ne gaspillent pas leur énergie et leurs sentiments. Ils ont tendance à être organisé, méthodique et préfèrent les activités avec des règles strictes et des règlements. L’association entre la toxoplasmose latente et la nouveauté bas scores recherche a déjà été rapportée [18]. La présente étude a montré que le rapport entre la toxoplasmose et la recherche de la nouveauté n’a pas été causé par des corrélations entre les parallèles le risque d’infection à Toxoplasma et taille de domicile et entre taille de domicile et de recherche de la nouveauté notes. Étonnamment, toxoplasmose et des infections à CMV ont été associés à la nouveauté beaucoup plus faible que la recherche de scores dans les grandes villes. Il n’y avait pas de différences significatives dans la recherche de nouveauté entre les sujets infectés et les agents pathogènes dans les colonies sans comptant moins de 10 000 habitants (CMV) ou moins de 100 mille habitants (Toxoplasma). À l’heure actuelle, nous n’avons aucune explication pour ce phénomène.

Une étude précédente réalisée sur un ensemble plus vaste de sujets expérimentaux ont révélé que les sujets infectés par Toxoplasma obtenu des résultats inférieurs en intelligence verbale, telle que mesurée par le test Otis et a montré une plus faible probabilité de réalisation de l’enseignement secondaire que Toxoplasma sans sujets [18]. Il a été démontré dans plusieurs pays dont la République tchèque [34] que la prévalence de la toxoplasmose est plus élevée dans les villages et les petites villes que dans les grandes villes. Dans le même temps, la probabilité d’atteindre l’enseignement supérieur et peut-être aussi une plus grande intelligence verbale pourrait corrélation positive avec la taille du lieu de résidence. Par conséquent, les effets observés de la toxoplasmose peut en fait refléter une influence parallèle de la taille du lieu de résidence (et le style de vie correspondant) sur : a) le risque de contracter une infection à Toxoplasma et b) la probabilité de réalisation de l’enseignement secondaire et supérieur intelligence verbale. Ce modèle a été fortement soutenue par les résultats de la présente étude. Toutes les associations entre l’infection à Toxoplasma et le niveau d’éducation ou de l’intelligence disparaissait après ajustement pour l’effet du lieu de résidence. Il est également intéressant de noter que l’infection à CMV, qui montre un taux de prévalence similaires dans les villages et les villes petites et grandes, n’a aucun lien avec le niveau d’éducation ou d’intelligence.

Ni les antécédents psychopathologiques, ni les données de la personnalité pré-infection des sujets étaient disponibles pour notre analyse. Basé sur une étude cas-témoins, il n’est pas possible de dire s’il existe une relation causale entre deux facteurs statistiquement associés (par exemple l’infection et inférieure recherche de la nouveauté scores) et / ou pour déterminer la direction d’une telle relation. Théoriquement, l’infection pourrait induire des changements de personnalité, des facteurs de personnalité peuvent avoir influencé le risque d’infection et, éventuellement, un troisième facteur, comme le statut socio-économique, peut-être joué un rôle dans les deux dimensions de la personnalité et le risque d’infection. À notre avis, cependant, l’explication la plus parcimonieuse est que l’infection, plus précisément la présence de pathogènes dans le cerveau des sujets infectés, induit des changements dans les niveaux de neurotransmetteurs, ce qui modifie à son tour dans les dimensions de la personnalité de TCI. Cette hypothèse est basée sur plusieurs sources de données indirectes :

a) Deux différents agents pathogènes neurotropes avec des cycles de vie très différentes et les voies de transmission sont associés avec le même effet psychologique. Cela rend l’existence d’un troisième facteur responsable à la fois inférieure recherche de la nouveauté scores et un risque plus élevé d’infection plutôt improbable. En outre, l’existence d’un tel facteur entraînerait une association statistique entre les infections à CMV et Toxoplasma. Cependant, l’infection à CMV a été détecté avec une fréquence égale chez les sujets Toxoplasma gondii et sans infectée.

b) L’existence d’une corrélation entre les scores de recherche de la nouveauté et des niveaux d’anticorps spécifiques (important dans des tests unilatéraux) a été observée à la fois pour Toxoplasma et le CMV. Une telle corrélation entre l’intensité du changement de personnalité et de l’immunité spécifique pourrait difficilement être trouvée que si la recherche de nouveauté pourrait influencer le risque d’infection ou si un facteur inconnu pourrait influencer de façon indépendante et recherche de nouveauté à la fois le risque d’infection.

c) Une diminution de néophilie chez des souris naturellement neophilic et une diminution de la néophobie des rats naturellement néophobie, probablement causées par une baisse des capacités de discriminer entre un environnement familier et nouveau, a aussi été observée chez les animaux infectés expérimentalement par Toxoplasma [3,4,8], et un effet de comportement liés (la diminution apomorphine médiée par l’inhibition de prepulse) a été observée chez les rats infectés par le CMV [48]. Par conséquent, la direction de la relation de causalité entre la recherche de la nouveauté liées à des changements de comportement et Toxoplasma / CMV infections a déjà été établi expérimentalement chez les rongeurs.

d) les scores inférieurs en quête de nouveauté sont revendiqués par plusieurs auteurs [29-33] en corrélation avec le niveau de fond de la dopamine dans les noyaux gris centraux. L’augmentation du niveau de dopamine a en effet été observée chez des souris infectées expérimentalement à la fois avec Toxoplasma [19] et le CMV [49].

Le mécanisme neurologique spécifique qui sous-tend l’association entre les infections et recherche de la nouveauté n’était pas l’objet de la présente étude. Les résultats disponibles des études neuroimmunologiques, cependant, suggèrent que plusieurs cytokines engagés dans les processus inflammatoires, comme les interleukines 1, 2 et 6, une influence directe sur le niveau de chiffre d’affaires et de nombreux neuromodulateurs, y compris la dopamine [50-53]. Une concentration extrêmement faible de l’interleukine 2 (IL-2) est capable de potentialiser la libération de dopamine évoquée par nombre de stimuli différents, y compris dépolarisation K + dans les cultures de cellules mésencéphaliques [54] et les tranches de striatum [55]. Les injections d’IL-2 dans le striatum de rat ont été montré pour induire des comportements tournant chez les rats qui sont typiques d’une perturbation du système dopaminergique [56] et sous-cutanée administrée IL-2 augmente de manière significative l’activité locomotrice des souris dans le labyrinthe en croix surélevé test [ 55]. Graves effets secondaires neuropsychiatriques exigeants intervention aiguë se produisent régulièrement chez les patients oncologiques traitées avec de l’IL-2 et les cellules tueuses activées par les lymphokines [55,57,58]. Formes dormantes de Toxoplasma et le CMV persiste dans le cerveau des personnes infectées depuis de nombreuses années. L’activation de maladie aiguë chez les patients immunodéprimés et les données immunohistochimiques obtenus sur des souris [59] suggèrent que dans des conditions normales les deux maladies sont conservées sous une forme latente par le système immunitaire de l’hôte. Locaux processus immunitaires dans le cerveau de sujets atteints d’infections latentes sont probablement accompagné par des perturbations locales dans les niveaux de cytokines particulières [60-64]. Cela peut influer sur le niveau de fond de neuromodulateurs et accessoirement quelques-unes des dimensions de la personnalité.

Il a été rapporté à plusieurs reprises que tant la toxoplasmose et le contact avec le chat, l’hôte définitif du parasite Toxoplasma gondii, sont associés à un risque plus élevé de schizophrénie [20-28]. De même, la schizophrénie a été signalé en corrélation avec l’infection à CMV [65]. Le niveau de fond de la dopamine est censé jouer un rôle important dans l’étiologie de la schizophrénie [66-68] et auto-immune de type effets sur le système dopaminergique ont été proposés comme un mécanisme possible impliqués dans la pathogénie de la schizophrénie et la maladie de Parkinson [69]. Les investigations cliniques ont détecté des niveaux accrus d’IL-2 dans le LCR de patients schizophrènes qui manifestent des symptômes de psychose [70,71]. On peut imaginer que les autorités locales l’inflammation induite par augmentation de la dopamine dans le cerveau des sujets infectés peut être en fait le chaînon manquant entre la schizophrénie et la toxoplasmose ou le CMV.

Conclusion
Toxoplasma et le cytomégalovirus probablement induire une diminution de la recherche de la nouveauté des sujets infectés. Comme le cytomégalovirus se propage dans la population par contact direct (et non par la prédation comme la toxoplasmose), les changements observés sont le sous-produit d’infections cérébrales plutôt que le résultat de l’activité de la manipulation d’un parasite. Quatre lignes indépendantes de preuve indirecte, à savoir la mesure directe de la concentration des neurotransmetteurs chez la souris, la nature des changements de comportement chez les rongeurs, la nature des changements de personnalité chez l’homme, et l’association observée entre la schizophrénie et la toxoplasmose, suggèrent que les changements de concentration de dopamine dans le cerveau tissus pourrait jouer un rôle dans les changements de comportement de l’hôte infecté.

Intérêts divergents
L’auteur (s) déclarent n’avoir aucun conflit d’intérêts.

Auteurs des contributions
MN et JF désigné l’étude, a écrit le manuscrit et a participé à des analyses. JH, JK, JH et MP ont recueilli les données, a participé à l’analyse et à l’écrit manuscrit. KR effectué des analyses sérologiques. Tous les auteurs ont lu et approuvé le manuscrit final.

Remerciements
Cette recherche a été financée par l’Institut Stanley Medical Research (subvention de 01 à 021), GACR -406/04/0097 et par le ministère tchèque de l’Éducation (subvention 0021620828).

Références
Hutchison WM, PP Aitken, Wells BWP : infections chroniques par le toxoplasme et les performances du moteur chez la souris.
Ann Trop Med Parasitol 1980, 74:505-510. Résumé PubMed
Witting PA : La capacité d’apprentissage et la mémoire des rats de laboratoire normaux et infectés par Toxoplasma et les souris.
Z Parasitenkd 1979, 61:29-51. PubMed Résumé | Texte intégral Editeur
Hutchison WM, PP Aitken, Wells BWP : L’infection chronique par Toxoplasma et la familiarité, la nouveauté la discrimination dans la souris.
Ann Trop Med Parasitol 1980, 74:145-150. Résumé PubMed
J Hay, Hutchison WM, PP Aitken, Graham DI : L’effet de l’congénitales adultes et les infections acquises Toxoplasma sur l’activité et la réactivité à la stimulation roman chez la souris.
Ann Trop Med Parasitol 1983, 77:483-495. Résumé PubMed
J Hay, Aitken PP, cheveux DM, Hutchison WM Graham DI : L’effet de l’infection par Toxoplasma congénitale sur l’activité de la souris et de la préférence relative pour les zones exposées au cours d’une série d’essais.
Ann Trop Med Parasitol 1984, 78:611-618. Résumé PubMed
J Hay, Aitken PP, Arnott MA : L’influence de l’infection à Toxoplasma sur l’activité spontanée fonctionnement de la souris.
Z Parasitenkd 1985, 71:459-462. PubMed Résumé | Texte intégral Editeur
J Hay, Hutchison WM, PP Aitken : Infection congénitale Toxoplasmose et la réponse à la nouveauté chez la souris.
Ann Trop Med Parasitol 1983, 77:437-439. Résumé PubMed
J Hay, Aitken PP, Graham DI : infection à Toxoplasma et la réponse à la nouveauté chez la souris.
Z Parasitenkd 1984, 70:575-588. PubMed Résumé | Texte intégral Editeur
HRDA S, Votypka J, P Kodym, Flegr J : la nature transitoire de Toxoplasma gondii induit des changements de comportement chez la souris.
J Parasitol 2000, 86:657-663. Résumé PubMed
Webster JP : L’effet de Toxoplasma gondii et autres parasites sur les niveaux d’activité sauvages et hybrides Rattus norvegicus.
Parasitologie 1994, 109:583-589. Résumé PubMed
JP Webster, Brunton CFA, Macdonald DW : Effet de Toxoplasma gondii sur le comportement de néophobie rats bruns sauvages, Rattus norvegicus.
Parasitologie 1994, 109:37-43. Résumé PubMed



Navigation

Brèves de la rubrique